Contacte

Passeig 10 d’abril,

2n. 2na.

Casa de Cultura

Apartat de Correus 162

17520 Puigcerdà

ieceretans@gmail.com

Tel.: 972.880.458

 

 

Els Pirineus i les àrees circumdants durant el tardiglacial - Novembre del 2006

La végétation des Pyrénées françaises durant la transition Glaciaire-Interglaciaire (Last Termination)

 

Autor

Guy JALUT, Université Paul Sabatier, Laboratoire Dynamique de la Biodiversité, 29 rue Jeanne Marvig, 31055 Toulouse cedex 4. jalut@cict.fr

 

Résumé

Désignée sous le nom de Last Termination, la transition entre la dernière période glaciaire et l’actuel interglaciaire couvre la période allant de 16900 cal BP à 11500 cal BP environ. Sa chronologie se réfère à celle de la carotte de glace GRIP (GReenland Ice core Project) (Johnsen et al., 1992 ; Walker et al., 1999 ; Johnsen et al., 2001.)

 

On distingue une période froide : le Greenland Stadial 2a, contemporaine de l’événement Heinrich 1 (16900-14700 k GRIP yrs BP). Il lui fait suite une période de réchauffement : le Greenland Interstadial GI-1 (14700-12650 k GRIP yrs BP), assimilable à la période Bölling-Alleröd et marquée par trois épisodes chauds : GI-1e (14700-14050 k GRIP yrs BP), GI-1c (13900-13150 k GRIP yrs BP), GI-1a (12900-12650 k GRIP yrs BP ) et deux épisodes froids : GI-1d (14050-13900 k GRIP yrs BP) et GI-1b (13150-12900 k GRIP yrs BP). Vient ensuite une phase froide qui correspond au Dryas récent : le Greenland Stadial 1 (GS-1 : 12650-11500 k GRIP yrs BP ).

 

Le long du versant nord des Pyrénées, le Greenland Stadial 2a, le Greenland Interstadial GI-1 et le Greenland Stadial 1 sont observés mais les épisodes froids de l’interstade GI-1 (Bölling-Alleröd) ne sont pas tous enregistrés.

 

Au cours du Greenland Stadial 2a se produit un développement des armoises (Artemisia) auquel fait suite, dans diverses régions, l’extension des genévriers (Juniperus). On peut penser que le genévrier thurifère (Juniperus thurifera) a été l’une des espèces colonisatrices durant cette période.

 

Le Greenland Interstadial GI-1 (Bölling-Alleröd), est marqué par le développement du bouleau (Betula) (GI-1e -1d) puis du pin (Pinus) (GI- 1c). Sporadiques durant GI-1e et 1d, les pollens de chêne (Quercus) sont plus régulièrement observés à partir de GI-1c.

 

Le Greenland Stadial 1 (Dryas récent), enregistré dans l’ensemble des Pyrénées, correspond à une réouverture du milieu attestée par le développement limité des Poacées, des Chénopodiacées, d’Artemisia et de Juniperus. Ce phénomène est plus accentué à l’est de la vallée de l’Ariège qu’à l’ouest. Dans divers sites du versant nord, les représentations du bouleau (Betula), du pin (Pinus) et du chêne (Quercus) sont peu ou pas affectées par ce refroidissement.

 

Durant la « Last Termination », des refuges pour les feuillus et les Gymnospermes ont existés à basse ou moyenne altitude dans le versant nord des Pyrénées, comme en témoignent les données palynologiques et anthracologiques.

 

La fin de la transition Glaciaire-Interglaciaire est marquée par le développement rapide des Chênes (Quercus) puis du Noisetier (Corylus).