Ponència

XIII COL·LOQUI INTERNACIONAL D’ARQUEOLOGIA DE PUIGCERDÀ

Món Ibèric als Països Catalans - Novembre del 2003

Les ibères des Pyrénées au Rhône : bilan de vingt ans de recherches (VIe - IIIe s. av. J.-C.)
 

Daniela UGOLINI[1]



[1] Chargée de recherche au CNRS, Centre Camille Jullian, UMR 6573, Aix-en-Provence.

 
Mots Clau -
 

Resum

De nombreux travaux récents ont étoffé de façon significative la connaissance des dynamiques en place au cours de l’Âge du fer en Languedoc et Roussillon. La reprise du dossier des sources anciennes, la fouille et/ou l’étude de quelques nouveaux sites, le ré-examen de collections anciennement constituées, une nouvelle attention portée aux importations méditerranéennes, de nouveaux travaux sur quelques catégories de mobilier, sur l’architecture, sur les territoires des sites, etc. ont contribué au renouvellement des problématiques.

Étonnamment, dans ce contexte en cours de changement, l’appréciation de l’influence ibérique sur ces côtes a globalement assez peu évolué. Pourtant, les dernières découvertes ainsi que l’application de méthodes affinées d’analyse des données permettent aujourd’hui d’appréhender les apports ibériques au nord des Pyrénées de façon beaucoup plus nuancée qu’autrefois.

Par exemple, ce que l’on voyait comme un bloc économique et culturel très fortement rattaché à la sphère ibérique peut être maintenant scindé en au moins trois entités distinctes que le commerce et l’influence péninsulaires ont touché de manière différenciée. D’un autre côté, ces contacts ont pu être discontinus. Enfin, la ré-évaluation des activités phénico-punique, étrusque et grecque – du milieu du VIIe s. et pratiquement jusqu’à la fin de la période considérée ici – a abouti à de nouvelles propositions. Dans tous ces domaines, l’approche quantitative des mobiliers a été déterminante et a permis les progrès les plus évidents.

Les points de vue des différents chercheurs engagés dans ces recherches ne se rejoignent pas toujours et même, parfois, s’opposent. Cela est le signe manifeste du foisonnement des idées au sein d’un segment de la recherche en plein essor.