Contacte

Passeig 10 d’abril,

2n. 2na.

Casa de Cultura

Apartat de Correus 162

17520 Puigcerdà

ieceretans@gmail.com

Tel.: 972.880.458

 

 

Món Ibèric als Països Catalans - Novembre del 2003

Les gravures ibériques dans l’art rupestre de l’âge du fer

 

Autor

Pierre CAMPMAJO, Investigador de l’ UMR 8555, EHESS-CNRS Centre d’ Anthropologie des Sociétés Rurales. Toulouse. GRAHC Cerdanya.

 

Résumé

L’art rupestre, dont il est question ici, se limite exclusivement aux gravures tracées sur des roches naturelles in situ. Ces gravures, relativement récentes (elles sont ici en Cerdagne postérieures au 3ème siècle avant J.C.), tiennent une place à part dans le panthéon de l’art ibère.

 

Leur technique de traçage peut varier : linéaire dans leur grande majorité, on en trouve de nombreuses gravées suivant la technique naviforme. Celles qui sont piquetées sont assez rares et semblent être de périodes plus récentes. On en trouve aussi dans un style gratté souvent d’époque contemporaine.

 

Dans la majorité des cas, les sites à gravures se trouvent dans des zones éloignées des habitats et, de ce simple fait, posent un certain nombre de questions dont une des plus délicate à résoudre est celle de leur datation, aujourd’hui en partie résolue si on la fait rentrer dans une fourchette chronologique relativement souple.

 

Ces remarques s’appliquent aux régions proches de la Cerdagne, c’est le cas de l’Andorre et de l’Ariège, mais aussi à d’autres plus lointaines comme l’Hérault, le Var, la Corse et surtout la vallée des Merveilles, qui présentent entre elles de grandes similitudes.

 

Les nombreux symboles et dessins figuratifs gravés sur les rochers posent la question de leur signification. S’agit-il d’un art simplement figuratif relatant des scènes de la vie quotidienne, ou bien ces dessins représentent-ils des scènes de la vie quotidienne mais à vocation purement cultuelle ? Bien que la question ait été largement traitée, les arguments avancés pour défendre telle ou telle position relèvent plus d’une réflexion philosophique que de faits plus tangibles, si tant est que l’on puisse un jour prouver ces faits. A défaut de preuves, les recherches en cours que mènent certains d’entre nous apportent d’intéressantes suggestions.